Aller au contenu principal
Thumbnail

Athenée Royal Thomas Edison in Moeskroen/ Stedelijk Lyceum Antwerpen

La guerre ne tient pas compte de la frontière linguistique. Les élèves du Stedelijk Lyceum d’Anvers et de l’Artem (Athénée Royal Thomas Edison) à Mouscron ont travaillé pendant toute une année à l’école autour du thème de « la guerre et l’exode » dans différentes matières comme le néerlandais et l’histoire - et même la chimie - et ont tissé des liens entre passé et présent.

L’année scolaire suivante, les élèves anversois se sont rendus à Mouscron où ils ont visité, entre autres, les tranchées de la Première Guerre mondiale avec les cinquièmes années de l’Artem. « Grâce au guide, nous avons pu imaginer ce qu’ont vécu ces jeunes gars qui ont combattu pour quelques kilomètres de polders », témoigne un des élèves. Lors de la visite à Anvers, les élèves ont rencontré Regina Sluszny qui, enfant, a vécu dans la clandestinité à Anvers pendant la Deuxième Guerre mondiale. « Son histoire n’a laissé aucun de nous indifférent. »